Les gens veulent penser par eux-même.

Publié le par Université Populaire de l'AUBE

           L'HEBDO DU VENDREDI

ASSOCIATION - ENSEIGNEMENT (publié le mardi 16 avril)

 

« Les gens veulent penser par eux-mêmes »

L'Aube suit le mouvement, une nouvelle université populaire vient d'apparaître parmi les 800 autres en France : UpopAube est née le 10 avril dernier. À l'initiative de l'association, Jean Lefèvre, ancien professeur et actuel président des Croqueurs de Pommes, explique pourquoi la création de cette université lui semblait nécessaire.

 

« Aujourd'hui la crise, le chômage, la précarité ont transformé la société et pas dans le bon sens. Pourtant nous vivons dans un monde suréquipé en moyens de communications mais communication n'est pas éducation. Nous voulons donner des éléments de réflexion à tous ceux qui ont envie d'apprendre, mais aussi que cela serve à quelque chose. Que cela donne du sens à la vie, une conscience et des armes. Les gens veulent penser par eux-mêmes». Lors de la réunion de constitution d'UpopAube, Serge Wolikow, docteur d'État et professeur d'histoire à l'Université de Bourgogne rappelle dans quel contexte les universités populaires sont apparues en France -l'affaire Dreyfus au 19ème siècle- et la finalité de celles-ci. «Un des buts de l'Université populaire peut être la constitution, la reconstitution d'une mémoire collective. La culture scientifique est très grande dans notre pays, par exemple, mais la connaissance de ces savoirs par la population est faible. L'objectif est de gagner, individuellement et collectivement en capacité de jugement et d'initiative de réflexion». Pour Jean Lefèvre, la constitution de cette association a pour but «l'émancipation, la coopération, la solidarité, la justice. Ne pas être instruit est une servitude, un esclavage et ce qu'il faut aujourd'hui en plus, c'est le débat, l'échange et la confrontation.» Loin d'être en désaccord avec ce propos, un autre Serge, retraité de 74 ans ajoute : «Cette université est d'une utilité publique car la classe ouvrière est déboussolée. Nous avons une somme d'information et de désinformation. Il faut s'engager dans des luttes pour acquérir une connaissance, pour que l'on puisse se défendre dans ce monde bureaucratique». Cet ancien syndicaliste conseille souvent aux jeunes : «Aies des connaissances, tu seras moins exploité». L'UpopAube est désormais en place, les deux lieux de réunion retenus pour l'instant sont le Petit Louvre et la Maison des Associations à Troyes. Les sujets traités seront très divers et les animations se feront sous la forme de conférence, atelier, pièce, concert, lecture et bien sûr débat. L'Université Populaire de l'Aube accueille tous ceux qui voudraient venir, comme le dit Jean Lefèvre, « C'est ouvert à tous ! »

Marjolaine Combraque

Les gens veulent penser par eux-même.

Publié dans DANS LA PRESSE

Commenter cet article