JULES GUESDE : ENTRE LUMIERE ET PARTS D'OMBRE

Publié le par Université Populaire de l'Aube / UPOPAUBE

Rebelote ! Et au regard de la qualité de la conférence de Jean-Numa Ducange, donnée à Romilly-sur-Seine le 5 avril, on s'impatiente déjà d'une prochaine venue à l'UPOP... pour les "dix de der" ! Jean-Numa Ducange a, en effet, plus d'une corde à son arc historique.

Accompagné de Claude Pennetier, chercheur au CNRS et directeur de cette mine d'or biographique qu'est le Maitron, il était venu à Troyes en novembre 2013, à notre invitation, traiter du "Guesdisme" dans l'Aube. Cette fois, c'est le "maître", Jules Guesde, dont il vient de publier une biographie (voir plus bas), qui était le sujet de sa conférence. 

Jean-Numa Ducange a de nombreuses qualités (c'est pourquoi nous l'invitons !) et l'une d'entre elles est d'être un extraordinaire passeur d'Histoire, maniant le verbe au service d'une passion bouillonnante qu'il prend un plaisir manifeste à faire partager. 

Extraordinaire personnage que Jules Guesde, largement éclipsé de la mémoire du socialisme au profit de Jaurès. Deux hommes et deux trajectoires personnelles antithétiques mais qui, pourtant, surent parfois composer l'un avec l'autre. Jules Guesde n'était pas un théoricien et le procès en hérésie doctrinale d'avoir introduit en France un marxisme "approximatif", et "impur", n'a pas lieu d'être, selon l'historien. Guesde était un politique, un homme d'action, un "révolutionnaire professionnel" pour qui seules primaient la révolution et la conquête du pouvoir de l'Etat par le parti de "classe". Un pragmatique qui sait cependant se résoudre à fonder avec Jaurès en 1905, un Parti socialiste unifié en France bien qu'il ait longtemps bataillé pour fédérer autour de lui l'essentiel des forces socialistes de l'époque.

L'affaire Dreyfus opposa aussi les deux hommes. Jaurès dreyfusard et Guesde qui estime que la classe ouvrière n'a pas à se mêler de "l'affaire" ;  une affaire, juge-t-il, de militaires qui tirent sur les ouvriers, comme à Fourmies, le 1er mai 1891. Antisémite Guesde ? Très certainement non, répond Ducange, même si quelques personnages de son entourage le furent sans aucun doute possible.

L'importance de Jules Guesde réside aussi en ce qu'il a créé, avec le Parti Ouvrier Français (POF), le premier parti marxiste en France (1892-93) voué à la conquête du pouvoir par la classe ouvrière et qui eut un enracinement très fort dans certaines régions de France. Le Nord, par exemple, où ses proches "prennent" la mairie de Lille en 1896 et y installent une tradition socialiste qui perdure jusqu'à un passé très récent. Dans l'Aube aussi, avec Henri Millet qui devient maire de Romilly-sur-Seine en 1895. Un ancrage qui se poursuit bien après sa mort avec les "bastions" socialistes et communistes. Un sens aigu de la propagande politique, une organisation structurée, aguerrie aux batailles de congrès mais aussi pour les campagnes électorales (des aspects que la biographie d'Henri Millet par Pierre Guillaumot met aussi en lumière au niveau local) sont autant de signes de la "modernité" de la conception guesdiste des rapports à la politique.

A la Chambre des députés, Jules Guesde (député de Roubaix-Wattrelos) était un orateur remarqué. Constance remarquable tout au long de sa vie : la question des droits des femmes et de leur droit au vote qui sera l'objet de sa dernière intervention en 1922.

Les choix de "L'union sacrée" en 1914, de la "Vieille maison" SFIO au congrès de Tours en 1920, d'une politique coloniale "progressiste", en retrait sur les conceptions de Jaurès ou d'Edouard Vaillant... témoignent d'un personnage contrasté, d'une logique "qui ne va pas de soi", estime Jean-Numa Ducange, mais dont l'apport au mouvement socialiste est majeur et incontestable. C'est le grand mérite de l'historien de s'être penché sur cette figure emblématique qu'il fait revivre sans concession tout en lui restituant une place légitime dans l'histoire du mouvement ouvrier.

Alain Keslick

Lire l'interview de Jean-Numa Ducange par Gilles Candar

Jules Guesde : l'anti-Jaurès ? par Jean-Numa Ducange aux Editions Armand Colin

Jules Guesde : l'anti-Jaurès ? par Jean-Numa Ducange aux Editions Armand Colin

Jean Lefèvre (à gauche) et Jean-Numa Ducange

Jean Lefèvre (à gauche) et Jean-Numa Ducange

Publié dans HISTOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article