22 Mai 2014 - St Julien les Villas : Jean-Paul Jouary "une vie sans Dieu" - Denis Diderot -

Publié le par Université Populaire de l'AUBE

Conférence de Jean-Paul JOUARY

le 22/05/14 à St Julien les Villas.

 

Le président accueille l’orateur arrivé par le train, grâce à l’entregent de Félix Pedrajas. Profitons encore de la SNCF, avant que n’arrivent les nouveaux TER qui resteront coincés entre les quais. Autrefois c’étaient les tunnels comme le dit malicieusement le poète Max Jacob :

« Ah ! les trains, les trains, par les tunnels étreints ! »

Nos grands invités viennent gratuitement parce qu’ils ont la passion de transmettre, mais parce qu’ils apprécient ce que nous faisons.

Mais la contrepartie, c‘est la course pour ces professeurs qui vont et viennent à l’envi. Chacun court après le temps.

A propos du temps, Diderot avait ce mot :

« On ne fait jamais tant d’enfants que dans les temps de misère. »
Ce temps-là revient. Il s’insinue. On compte 120 millions de pauvres en Europe.

Nous connaissons ces nouveaux pauvres. Par exemple, les SODI qui attendent toujours qu’on leur rende justice, puisqu’à chaque fois le jugement est repoussé. Les voilà en fin de droits. Comment vivre ?

Cette misère matérielle va de pair avec une misère intellectuelle qui avoue ne plus rien comprendre à la marche du monde.

C’est pourquoi l’UPOP existe. Il est nécessaire de faire vivre notre Université Populaire pour que le monde soit moins obscur.

Le président fait ensuite appel aux adhésions afin d’être plus largement reconnus par les institutions.


Nos prochaines conférences :

-Yves CHARPY débarque 6 juin avec la biographie d’une parfait inconnu, l’économiste troyen Eugène Buret, qui s’élevait contre le travail-marchandise. Il écrivit "la misère des classes laborieuses" dont Hugo et Michelet s'inspirèrent.

Le 18 juin, ce sera l’appel de Michel Etievent en faveur de la Sécu que créa Ambroise Croizat.

Il reste 6 courtes semaines à courir pour bien vous accueillir et préparer la saison prochaine.


**************

Jean-Paul Jouary est à classer parmi les philosophes et les essayistes,

Il fut rédacteur en chef de l’hebdomadaire Révolution. Il est maintenant sur le devant de la scène avec son anthologie de DIDEROT. Mais il a écrit, parfois avec Arnaud Spire sur de nombreux sujets et auteurs.

*************************

 

DIDEROT NOTRE PARRAIN

La conférence de l’UPOP du 22 mai a atteint des sommets d’attention et quasiment de fréquentation. 110 auditeurs conquis par Jean-Paul Jouary. Le conférencier nous enchante vraiment par le contenu de son propos, nous parlant de tout ce qui entoure Diderot et Rousseau, deux philosophes du siècle des lumières, qui s’adorent ou se haïssent selon les saisons. Ils ont le même âge et beaucoup de points communs. Ils sont pauvres tous deux, épousent 2 filles « du peuple », sont en butte à la censure et fréquentant les mêmes maîtres, Buffon, Young, Turgot, Montesquieu. Rousseau est le grand penseur politique de cette période que liront attentivement les révolutionnaires. Mais, dit JP Jouary qui aime déboulonner les statues, ce ne sont pas les philosophes qui ont mis les mains dans le cambouis, c’est le peuple et la grande Révolution fut initiée par les luttes permanentes des paysans du XVIIIe.

Son intervention, ce 22 mai est axée sur un Diderot faisant l’économie de toute intervention de dieu pour expliquer les phénomènes naturels. Il démontre que le matérialisme explique la vie sous toutes ses formes, bien mieux qu’ une explication spiritualiste ou déiste. Diderot n’est pas le premier matérialiste. Il y eut les Grecs, puis Lucrèce à Rome et Spinoza que cite longuement le conférencier, mais Diderot apporte des preuves à partir des expériences scientifiques de son époque.

Diderot est un joyeux vivant qui publie même du « porno » (Les bijoux indiscrets), ce que traque la censure. Il est fiché par la police comme un vulgaire internaute d’aujourd’hui et fait beaucoup de prison. Voltaire qui est déiste et peu révolutionnaire l’appelle « le Socrate en prison ». Cet emprisonnement le rend célèbre, sans qu’il puisse publier ses œuvres, mais elles circulent sous le manteau. On l’accuse à la fois de libertinage et de blasphème. Mais le bonheur selon Diderot n’est pas dans l’épicurisme, bien que le philosophe sache goûter les plaisirs terrestres, (plaisirs éphémères) mais dans une morale sociale basée sur l’altruisme et le respect d’autrui.

Humaniste, politique et féministe, Diderot affirme que la femme ne peut être humiliée que dans une société humiliée. Il veut amener tous les hommes au niveau des grands philosophes. « Il faut se hâter de rendre tout le monde philosophe » dit-il.

L’UPOPAUBE a donc Diderot pour parrain, elle qui défend l’idée qu’il ne faut pas baisser le niveau de son enseignement, sous le faux prétexte qu’il devrait se mettre au niveau du peuple.

 

 

Jean Lefèvre.

A noter que nous avons commandé 40 ouvrages de JP Jouary : « La vie sans dieu » qui seront disponibles le 6 juin.

 

22 Mai 2014 - St Julien les Villas : Jean-Paul Jouary "une vie sans Dieu" - Denis Diderot -

Publié dans PHILOSOPHIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article