6 Mai 2014 - St Julien les Villas : Jean Yves MOLLIER "La censure des livres au 20ème siècle".

Publié le par Université Populaire de l'AUBE

6 Mai 2014 - St Julien les Villas : Jean Yves MOLLIER "La censure des livres au 20ème siècle".

LA CENSURE DES LIVRES EN FRANCE AU XXème SIECLE

 

En général associée à l’Ancien Régime et aux pratiques liées à l’absolutisme, la censure des livres et des écrivains n’a pourtant pas disparu avec la chute de la Bastille en 1789.

Omniprésente en France au XIXe siècle, elle s’attaque à Baudelaire et à Flaubert, interdit la diffusion des œuvres d’Eugène Sue et s’étend à l’ensemble des théâtres, cabarets et music-halls jusqu’en 1905, date de son abolition définitive.

Réapparue pendant la Grande Guerre, elle participe au bourrage de crâne que dénoncent les poilus et reprend de plus belle dans l’entre-deux-guerres lorsque les ligues de moralité décident de placer la littérature sous surveillance.

Sous la direction du tonitruant abbé Bethléem qui s’en prend aux illustrés pour la jeunesse, aux romans, au théâtre, à la radio, au cinéma et, bientôt, à l’indécence qui règne sur les plages envahies par les « congés payés », une véritable police de l’esprit tente de mettre le pays au pas.

Le régime de Vichy et l’Occupation permettront aux forces les plus réactionnaires d’imposer l’épuration des bibliothèques et des livres de classe dont rêvaient l’Action française et les ligues. Avec la publication de la première « Liste Otto », en octobre 1940, c’est toute la littérature juive, bolchévique ou antifasciste qui disparaît des vitrines où trônent les ouvrages favorables au nazisme.

A la Libération, les livres interdits refont surface mais c’est au nom de la protection de la jeunesse que la loi du 16 juillet 1949 sera votée, plaçant toute une partie de la production des livres et des journaux sous la tutelle d’une Commission de contrôle et de surveillance qui fera interdire Hara Kiri en 1961 puis 1966 avant que ce titre ne soit interdit en 1970.

Si les années 1970-2000 ont marqué un net recul de toutes les censures, politiques, religieuses ou économiques, le début du XXIe siècle voit resurgir d’inquiétantes tentatives de contrôler les livres de classe, d’empêcher la libre discussion des idées et d’interdire la représentation de pièces de théâtre ou de films dérangeants.

C’est donc à retracer l’histoire d’Anastasie, la censure aux ciseaux bien aiguisés, que s’emploiera Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et auteur de deux livres sur le sujet.

 

Edition, presse et pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008) et La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle (Fayard, 2014).

 

Publié dans LITTERATURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article