28 Novembre 2013 : Le Guesdisme.

Publié le par Université Populaire de l'AUBE

28 Novembre 2013 : Le Guesdisme.

Chers ami (e)s,

Notre première conférence sur l’histoire du mouvement ouvrier donnée à la Maison des Associations le 10 octobre dernier a été quelque peu perturbée par la mauvaise acoustique de la salle.

Pour compenser ce manque à entendre nous avons tiré un DVD et nous mettons en ligne le texte de Daniel Chérouvrier.

Cette double conférence « SOCIALISMES et COMMUNISME (1830-1848) »

a mis l’accent sur la naissance des mouvements ouvriers (syndicats, partis, universités ou cercles populaires) avec Michel CORDILLOT et Daniel CHEROUVRIER.

 

Cette seconde séance traitera du GUESDISME et nous avons la chance d’accueillir deux érudits, spécialistes de cette période, Jean-Numa DUCANGE (1) et Claude PENNETIER le 28 novembre au Petit Louvre.

J N DUCANGE, maître de conférence en histoire contemporaine participe à diverses publications ( Cahiers Jaurès, Etudes robespierristes, etc.). Il est l’auteur ou le collaborateur de nombreux ouvrages sur Marx, Lafargue, Rosa Luxembourg, Jaurès, Kautsky.

Claude PENNETIER (2) dirige le MAITRON, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social. 132 000 notices y sont déjà publiées.

Il présentera les militants aubois qui y sont déjà inscrits.

Ce thème du guesdisme développé ce 28 novembre intéresse l’histoire de l’Aube où le guesdisme fut particulièrement développé et agissant. Les figures d’Etienne PEDRON à Troyes et de Henri MILLET à Romilly, ont marqué cette période.

Pour la Revue « La Bourse du Travail, mémoire vivante », Michel CHOQUART a étudié où se situaient les sièges des journaux, partis, coopératives créées par ces précurseurs des mouvements ouvriers. (N° de 2 à 16). On fait donc souvent appel à lui pour alimenter les conférences des uns et des autres.

L'Aube fut une terre accueillante pour ces militants du XIXe siècle, avec l'ouverture de "la Bibliothèque démocratique et populaire" en 1881, la création de la coopérative "La Sociale" en 1891, l'implantation à Troyes et Romilly sur Seine du guesdisme grâce à Etienne Pédron. Le Parti Ouvrier Français y est bien implanté et le journal "Le socialiste troyen" peut voir le jour le ...18 mars (!) 1892. 

Fin 1894- début 95, la ville de Romilly est conquise par les guesdistes. Henri MILLET devient maire.

Tandis que Jules Guesde, Paul Lafargue, Jean Jaurès ou Louise Michel vont parcourir le département, le courant guesdiste va s’organiser autour de Pédron, Boudrey, Corgeron, Drapier, Gauthier, Lavallée, Lozach, Mayeur, Marceau, Michecopin, Bouhnenry-Gornet, Millet et d’autres.

Etienne Pédron, horloger descendu de Reims est aussi poète. Il écrit des chansons populaires pour défendre ses grandes idées : Les huit heures, J’suis l’Caffard, le Bourgeois etc…

1.http://www.grhis.fr/equipe/permanents/jean-numa-ducange/

2.http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Pennetier

 

 

LE GUESDISME dans l’Aube, c’est Etienne Pédron.
Pour comprendre mieux cette période située entre les guerres de 70 et de 14, voici quelques citations d’Etienne Pedron.

 

Aux vaincus de 71 : « Salut à ces martyrs, salut à ces vaillants ! Luttant contre l’erreur, combattant les puissants ».

Paysan : « Tu peux le conserver ce nom dont on veut rire, chez les nouveaux seigneurs, fainéants éhontés, on te verra bientôt te lever pour leur dire, Paysan, me voici parmi les révoltés. »

Vive l’internationale : « L’on voit monter à l’horizon le grand soleil de la science ! L’erreur devant le vrai succombe… »

« Le capitalisme rapace affame tous les producteurs. Formons un grand parti de classe contre celui des exploiteurs. »

La clique du Panama (A la camarade Michel) « Le nez dans la même tinette, ces bourgeois de tous les tonneaux, cléricaux de toute étiquette, opportunistes, radicaux, les sénateurs inamovibles, les ministres de bric-à-brac les députés incorruptibles, sont surpris la main dans le sac. »

La Troyenne : « Troyen, dans ta lutte prochaine, tu briseras ta lourde chaîne, Alors plus de faim, plus de haine, l’avenir t’émancipera. »

Les Huit heures : C’est huit heures, huit heur’s, huit heur’s, C’est huit heures qu’il nous faut (air connu) : « Le bourgeois qui fait bombance, qui mange de bons gigots, Veut toujours emplir sa panse, pendant qu’nous rongeons les os. »

Le Caffard : (aux jeunes socialistes troyens) Moi, j’suis l’caffard, il faut qu’on l’sache, Pour le grand coup j’serai pas en r’tard…

 

Autres titres de chansons : La Romillonne, (dédiée au vieux militant Bouhenry), Le Premier Mai, Le Massacre de Fourmies, Aux Peuples, La Guerre sociale, Trop vieux, Le Chômage etc…

 

Lettre de Jean Jaurès

pour soutenir le citoyen Etienne Pédron (1).

 

Pour le socialisme et la République,

La lutte engagée sur le nom du citoyen Pédron a une haute signification. Elle dira si le prolétariat de la deuxième circonscription de Troyes a pris conscience de ses intérêts de classe. Elle dira si les travailleurs veulent vraiment préparer l’émancipation du travail.

Elle dira aussi si les républicains avertis par les leçons répétées de l’histoire veulent sauver enfin et décidément la République en mettant un terme à l’anarchie économique et au désordre social qui engendrent périodiquement le césarisme. (2)

Cette lutte dépasse toutes les personnalités, mais nul n’est plus apte que le citoyen Pédron de fournir au prolétariat le nom sur lequel s’affirmeront dimanche ses espérances et ses volontés.

Jean Jaurès.

 

  1. Cette lettre est l’unique manuscrit de Jean Jaurès contenu dans le fonds Lafargue, retrouvé dans les archives du PCF, récemment classées et réinterrogées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis. La lettre date de février 1900 selon l’historien Gilles Candar qui viendra nous parler des socialistes dans la guerre de 1914 le 17 février prochain. C’est en somme un brouillon montrant l’implication du grand leader socialiste dans la lutte électorale.
  • Elle fait partie d’une brochure richement illustrée offerte par Jean-Numa DUCANGE à notre Université Populaire, brochure intitulée : »UNE SINGULIERE HISTOIRE D ARCHIVES SOCIALISTES DU PCF : inventaire du fonds Paul Lafargue aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. (auteurs Pierre Boichu et Jean-Numa Ducange).

(2) Allusion au général Boulanger qui faillit renverser la République en 1889.

 

28 Novembre 2013 : Le Guesdisme.

Publié dans HISTOIRE

Commenter cet article